Sélectionner une page

Pendant que les Belarriprest et Ahobizi se démèneront à pratiquer davantage de basque, ils apprécieront un sourire en soutien, ainsi qu’un egun on de notre part en écho du leur ! Pratiquer les mots que nous connaissons ainsi que, si possible, les formules simples que nous avons intégrées en les entendant ici et là. Durant les 15 jours d’Euskaraldia, les volontaires à la démarche auront toujours un badge sur eux/elles : impossible de passer à côté ! A nous de mesurer quel soutien nous pouvons leur apporter, selon la situation, en allant jusqu’à utiliser les mots et formules en basque qui sont en nous.

Si jamais une personne commence à nous répondre longuement alors que nous l’avons abordée en euskara, pas de panique : il suffit de lui signaler que nous ne portons pas de badge, que nous ne comprenons pas (encore) assez la langue pour tenir une conversation en euskara, mais que nous souhaitons soutenir la dynamique Euskaraldia en utilisant les quelques mots que nous savons ! La personne ne nous en tiendra pas rigueur : elle nous remerciera sûrement ! Il s’agit également d’un moyen de nous lancer simplement et concrètement dans la pratique et l’apprentissage du basque. Euskaraldia est une dynamique qui se répétera régulièrement les prochaines années : et si nous nous fixions des objectifs à notre portée, afin d’acquérir un niveau de compréhension de basque, et ainsi devenir, à notre tour, une personne Belarriprest ?

Cela implique une attitude active de tout le monde. L’euskara n’est pas un trésor qui doit rester enfoui en nous. Que les grands-parents à qui on a transmis le basque à la maison osent donc parler avec leurs petits-enfants à qui on l’enseigne à l’école. Que le bascophone de toujours converse avec celui qui fait l’effort de l’apprendre. Que les locuteurs s’aventurent à prononcer les premiers mots en euskara en toutes circonstances. Et que celles et ceux qui regrettent tant de ne pas encore le parler l’apprennent enfin.

Pour cela, toutes ces personnes ont besoin, dès maintenant et à long terme, d’une ouverture linguistique pour rendre possible un vivre-ensemble quotidien entre les langues, et contribuer ainsi à une vision plurielle de notre société : enrichissons-nous de nos différences plutôt que de les craindre, construisons des ponts d’intercompréhension plutôt que des murs d’intolérance. C’est à notre modeste échelle que nous construirons ce projet, via une dynamique telle qu’Euskaraldia, conscients que réussir ce pari ici contribuera à insuffler une diversité linguistique dans le monde. Nous, nous sommes prêt.e.s, et vous ? Prest ? Egun on, ongi etorri !